[Grammaires Créoles] Viviane Déprez (LLCC, CNRS/ Rutgers U.) ; Shrita Hassamal (UP7/LLF)

Date: 
Lundi 22 Mai 2017 - 14:00 à 17:00
Lieu détaillé: 

Salle de conférences

Description: 

14-15:25 : Shrita Hassamal (UP7/LLF)
Comparative alternation in Mauritian: data and experiments    (résumé Comparative alternation)

15:30-17 : Viviane Déprez (LLCC, CNRS/ Rutgers U.)
La valeur sémantique du pluriel en créole : une comparaison de l'haïtien et du mauricien (résumé Pluriel en créole)

(résumés aussi ci-dessous)


  Viviane Déprez, L2C2, CNRS Lyon/U. Rutgers
La valeur sémantique du pluriel en créole : une comparaison de l'haïtien et du mauricien

En plus de la pluralité, les morphèmes pluriel des créoles ajoutent souvent une notion de definitude ou de spécificité aux expressions nominales qu'ils modifient. Toutefois, une caracterisation precise de ces notions pragmatico/semantique et des usages que recouvrent ces morphèmes reste à examiner. De plus la question de savoir si ces valeurs ajoutées sont plutôt fixes ou plutôt sujettes à variation et en ce cas, de quel type, dans les différents créoles, n'a pas encore été bien étudiée. Dans le but de discuter ces questions, notre intervention rapporte les résultats d'une étude comparative des usages des morphèmes pluriels en Créole Haïtien and Mauricien qui prend en compte une étude qualitative et quantitative des usages du pluriel  dans le corpus comparatif des traductions du Petit Prince d'Antoine de St Exupery dans ces créoles.


Shrita Hassamal (UP7/LLF)
Comparative alternation in Mauritian: data and experiments   

In a study of the inequality comparatives, based on the few available written corpus in Mauritian (Lalit- www.lalitmauritius.org, Virahsawmy) and informants, Hassamal & Abeillé 2014 propose a complementary distribution between the alternate forms; pli and mwin modify non verbal gradable categories, plis and mwins modify non verbal quantifiable categories and all verbs (gradable or not). 

Since this analysis is new and relies on data not reported in previous work on Mauritian, we wanted to test its empirical basis with more formal methods. We did an experimental fieldwork based on psycholinguistics methods with controlled context and distractors, with visual and oral stimuli.