[UMR] Martin Howard (University College Cork)

Date: 
Lundi 25 Janvier 2016 - 10:00 à 12:00
Lieu détaillé: 

UPS Pouchet salle 159

Description: 

L’acquisition de la variation sociolinguistique en langue seconde:
une comparaison de l’acquisition du français en milieu guidé et en immersion

Martin Howard

University College Cork

Si les recherches en acquisition des langues secondes ont principalement visé l’acquisition de phénomènes dits invariables de la langue cible tel l’expression du genre, du temps, de l’aspect et du nombre, l’acquisition de marqueurs variables constitue un champs de recherche de plus en plus important. Cela reflète l’importance de la variation sociolinguistique et socio-pragmatique en toute langue, de sorte que l’apprenant d’une langue seconde doit s’approprier non seulement les règles qui sous-tendent la spécificité des emplois de marqueurs invariables, mais aussi bien les schèmes de variation qui caractérisent différentes variables sociolinguistiques.

En traitant tout particulièrement du français langue seconde, cette communication vise à cerner l’acquisition de la variation sociolinguistique dans un cadre comparatif, en mettant en lumière le rôle du milieu d’acquisition. En ce faisant, nous comparons la trajectoire acquisitionnelle chez des apprenants guidés, d’une part, et des apprenants faisant un long séjour en milieu naturelle, d’autre part. Cela reflète l’importance de la mobilité internationale chez des apprenants guidés qui sont de plus en plus nombreux à participer à un échange inter-universitaire dans le cadre de divers programmes internationaux. Du point de vue théorique et didactique, les recherches chez ces apprenants sont primordiales pour mettre en évidence le rôle de facteurs socio-contextuels, et pour cerner le rôle du milieu d’acquisition dans une théorie de l’acquisition.

Dans un premier temps, nous visons à cerner la difficulté acquisitionelle que pose la variation sociolinguistique en langue seconde en mettant en comparaison différentes variables sociolinguistiques en français, que ce soit des variables socio-phonétiques, morphosyntaxiques ou discursives/pragmatiques, telles l’effacement du ‘ne’ ou du /l/. En particulier, en prenant comme exemple la liaison en tant que phénomène à la fois variable et invariable en français, nous visons à mettre en évidence quelques aspects du traitement de la variation sociolinguistique chez l’apprenant.

Dans un deuxième temps, nous considérerons le rôle du milieu d’acquisition par rapport à divers facteurs socio-contextuels et socio-biographiques qui influent sur l’acquisition de la variation sociolinguistique, que ce soit des facteurs qui relèvent de la spécificité de l’input et de l’interaction dans chaque milieu (les réseaux sociaux, l’intégration sociale, le type, la fréquence et la durée de l’interaction entre autres), ou de facteurs socio-personnels spécifiques à l’apprenant, tel le niveau de maîtrise de la langue, la durée du séjour à l’étranger, la motivation, la personnalité, entre autres).

En guise de conclusion, la communication se terminera avec une discussion de quelques questions de recherche qui restent à explorer dans les deux domaines de la variation sociolinguistique et le rôle du milieu d’acquisition en acquisition des langues secondes.