[Grammaires Créoles] Anne Sherley Legouté (U. Paris-Diderot) / Marlyse Baptista (U. Michigan)

Titre: 
Le statut de "ke" en créole haïtien / à préciser
Date: 
Lundi 21 Juin 2021 - 14:00 à 17:00
Lieu détaillé: 

visioconférence
https://zoom.us/j/97712768418?pwd=YUhRcjhYWkxObDY1TC9HNGVmYzZBZz09
Meeting ID: 977 1276 8418 Passcode: 396538

Description: 

retour Séminaire Grammaires Créoles

14h-15h Anne Sherley Legouté (U. Paris-Diderot)

Le statut de "ke" en créole haïtien: étude à partir de corpus de discours oral (résumé ci-dessous) (exemplier pdf)

15h -17h Marlyse Baptista (U. Michigan)

Convergence and Congruence in Creole Formation (résumé ci-dessous et abstract pdf ici)

Join Zoom Meeting
https://zoom.us/j/97712768418?pwd=YUhRcjhYWkxObDY1TC9HNGVmYzZBZz09

Meeting ID: 977 1276 8418
Passcode: 396538


Anne Sherley Legouté (U. Paris-Diderot)

Le statut de "ke" en créole haïtien: étude à partir de corpus de discours oral

Ce travail s’inscrit dans le cadre de mon mémoire de master 1. Ce travail va être approfondi en master 2 par l’expérimentation, en faisant un test de jugements d’acceptabilité et de grammaticalité.

Il s’agit de décrire la grammaire d’un élément syntaxique en créole haïtien (CH) qui est « ke ». Il a été longtemps considéré comme un emprunt du français dont l’utilisation est présente uniquement dans le discours des scolarisés à cause de leur contact en français étant donné que l’éducation est faite en français en Haïti, mais qui est couramment absent dans le créole commun.

Cependant, en tant que locutrice native du CH, je constate qu’il devient de plus en plus présent dans le discours oral en CH même chez les non-scolarisés. Ainsi, le travail vise l’étude du statut de « ke » en créole haïtien. Nous partons de deux hypothèses que :
▪ Le « ke » serait soit un introducteur de relative ou un introducteur de complétive dépendamment du contexte.
▪ Le « ke » serait plus utilisé en situation d’introducteur de complétive que de relative.
Pour réaliser le travail, nous nous sommes basés sur un corpus établi par Albert Valdman en 2007. Dans le corpus nous avons retrouvé « ke » en tant que complémenteur et pronom relatif dépendamment. Mais, il peut avoir d’autres utilisations telles que : un « ke » pour marquer la restriction, il peut être inséré après un mot interrogatif, un élément faisant partie du comparatif, et il peut être inséré après « si » pour marquer le conditionnel. Cependant, nous avons retrouvé plus d’occurrence de « ke » en tant que complémenteur que pronom relatif. Nous avons également observé que dans de nombreux contextes l'élément KE est optionnel.

Valdman (2007) Corpus of Northern Haitian Creole.


Convergence and Congruence in Creole Formation

Marlyse Baptista (University of Michigan)

Creole languages typically emerge in multilingual settings and result from the multiple, complex processes involved in language emergence and development.  Among those processes, genuine transfer (Siegel, 2008), restructuring (Neumann-Holzschuh & Schneider, 2000) and feature recombinations  (Mufwene, 2001; Aboh, 2015) have been observed to contribute to Creole genesis.  This study focuses specifically on the particular process of language convergence whereby the similarities (the congruent features) that speakers perceive between the languages in contact are favored to participate in the emergence of a new language.  I document the congruent forms that have been reported in the scholarly literature (Kihm, 1990; Corne, 1999; Kouwenberg, 2000, among many other studies) and build a cross-linguistic dataset of congruent morphemes and syntactic structures across 22 Creoles and 20 grammatical domains. This dataset provides the empirical foundation to a model of matter (form) and pattern (syntactic structures) mapping, showing how speakers of source languages can draw from the preexisting, congruent morphemes or syntactic structures in the linguistic ecology of the emerging Creole. 

For each Creole congruent form I report on, I compare the Creole (1) to its superstrate (at the time of contact) (2) and substrate/adstrate (3).  (1), (2) and (3) illustrate how the congruent passive marker –(t)u in Wolof may have converged with Middle Portuguese (MP) –do /du/ to give rise to the passive marker –du in Upper Guinea Portuguese Creole (UGPC). 

UGPC
(1)     Porta  fitcha          -du       (Jacobs, 2008)
          door close   PASS
         ‘The door has been closed.’

MP
(2)          foy  levantado  por Rey.  (Castro, 2000)
              was raisePASS by   King
              'He was raised by the King.'

Wolof
(3)   Bunt          bi         tej        -(t)u        
      door          DEF    close       PASS
      ‘The door has been closed’ (Ndiaye, 2004:30)

The model of matter and pattern mapping identifies degrees of convergence along three dimensions: a) morphophonological, b) semantic, c) syntactic.  Partial convergence occurs along any two of the three dimensions and full convergence along all three.