LCA

Equipe LCA

projet SIPro

Description: 

 

The SIPro project (Structure Informationnelle et Prosodie dans le discours natif et en L2) is an international research project for studying the role of prosody (with respect to other linguistic components) in signaling discourse structure. This project is an extension of the 'Langacross-2' project (Link) and is supported by the University of Paris 8 (AAP) and the CNRS (UMR 7023) since 2020. The goal is to investigate how the prosodic systems interact with syntax and semantics in the expression of additive and contrastive relations in Romance vs Germanic languages. We try to shed light on the complexity of these interactions in adult L1 /L2 productions with an experimental and typological perspective. We are currently exploring native data of a Spot the difference task collected in French, Italian, German and English (introduction and localization of entities, confirmations & disconfirmations).

Dates: 
2020 à 2022
Membres: 
  • Main coordinators: S. Benazzo & F. Santiago (U. of Paris 8 and CNRS)
  • International Scientific Network: M. Watorek, M. Lambert, S. Anastasio (U. of Paris 8), A.-C. Demagny (CNRS), C. Dimroth, L. Dörre (U. of Munster), C. von Stutterheim (U. of Heidelberg), M. Starren (Radboud University), C. Andorno (U. of Turin) & Bianca De Paolis (U. of Paris 8 & U. of Turin)

 

Publications liées: 

Recent publications :

 

  • Benazzo, S., Ch. Dimroth & F. Santiago (2021). Additive linking in L2 French discourse by German learners: syntactic embedding and intonation patterns. Languages, 6 (1)
Equipe(s): 
Co-porté par SFL

ALACIE (Appropriation Linguistique et Accueil des Chercheurs et Intellectuels en EXIL)

Description: 

ALACIE

La possibilité d’intégration des intellectuels qui fuient leurs pays est déterminée par leurs compétences linguistiques générales dans la ou les langues du pays d’accueil. Mais pour des chercheurs et enseignants-chercheurs, les possibilités de construction ou de maintien d’une vie académique dans toutes cesdimensions (cours, colloques, écriture) supposent qu’ils deviennent très rapidement des locuteurs avancés et qu’ils mettent en place une flexibilité cognitive et psychologique touchant à l’intime de leur vécu linguistique et de leur identité intellectuelle. 

L’autre spécificité de cette catégorie d’apprenants « d’instruction élevée » concerne leur rapport à l’écrit (orthographe et lecture), aux écrits (journaux, littérature, textes scientifiques dans leur domaine de compétence) dans la langue cible, à la valeur légitimante qu’ils lui accordent (par rapport à l’anglais pour le français par exemple) ainsi qu’à l’usage métalinguistique plus ou moins systématique et explicite qu’ils en font dans leur démarche d’appropriation. L’expérience que nous avons maintenant de l’accueil de « chercheurs en danger » dans le cadre du programme PAUSE à Paris 8 montre à quel point ces questions liées à l’appropriation linguistique qu’ils doivent nécessairement faire quand ils arrivent en France jouent un rôle central dans leur intégration comme dans leur ressenti d’exilé et leur capacité de résilience. Et de manière peu étonnante l’insécurité linguistique, culturelle, personnelle reflète assez directement le niveau de maitrise du français à leur arrivée. On retrouve d’ailleurs trace de ces questions dans les entretiens ou les écrits archivés de chercheurs exilés venant majoritairement d’Europe centrale et d’Europe de l’Est avant et pendant la seconde guerre mondiale.

Des recherches assez peu nombreuses ont été pour l’instant développées pour les apprenants « d’instruction élevée » (Labeau & Myles, 2009, Projet AAA (Bartning https://www.biling.su.se/english/research/research-projects/high-level-proficiency-in-second-language-use-theprogram-aaa-1.91576 ; Forsberg-Lunnell & Bartning, 2015) mais elles  concernaient des personnes ayant librement choisi pour diverses raisons d’apprendre une langue étrangère et éventuellement de s’expatrier. Elles n’ont jamais été abordées pour des apprenants locuteurs exilés ayant fui leur pays et se trouvant en situation d’urgence ou « en danger ».

Ces thématiques seront abordées via l’étude psycholinguistique et sociolinguistique expérimentale et exploratoire des compétences linguistiques de lauréats PAUSE croisant les facteurs dits “objectifs” (langue maternelle, langues dans lesquelles ont été menées les études, langues de publication) et les facteurs “subjectifs” reflétant le vécu linguistique et identitaire des personnes interrogées et leur rapport socio-affectif à la langue cible. Les données recueillies seront comparées avec les données obtenues dans deux autres enquêtes

  • ESF (Perdue, 1993) qui concernait des exilés, des immigrés politiques et économiques adultes relativement peu instruits en langue maternelle
  • Dynascript (projet en cours à SFL) qui étudie les invariants et les spécificités de l’accès à la littératie pour des catégories d’apprenants variés

Dates: 
2021 à 2023
Responsable(s): 
Sophie Wauquier et Marzena Watorek
Membres: 

Sandra Benazzo

Professeure

SFL : U. Paris 8 & CNRS

Ewa Lenart 

Maître de conférences

SFL : U. Paris 8 & CNRS

Rebekah Rast

Professeure

SFL : U. Univ. Américaine & CNRS

Sarra El Ayari

Ingénieure de recherche

SFL : U. Paris 8 & CNRS

Coralie Vincent

Ingénieure d’etudes

SFL : U. Paris 8 & CNRS

Nisrine Al Zahre

Maître de Langue

EHESS, chercheure associée SFL

Pascale Trévisiol

Maître de conférences

Université Paris 3

Laura Lohéac

Directrice du programme PAUSE

Collège de France

Publications liées: 

Al Zahre N. (2016) Tout nu, tête haute, Revue Etudes, n°426 (juillet-août 2016)

Canut C. & Mazauric, C. (2014) La migration prise aux mots, mise en récits et en images des migrations transafricaines, Le Cavalier Bleu, Editions

Forsberg-Lunnell F. & Bartning I. (2015) Cultural Migrants and Optimal Language Acquisition, SLA 4.

Jeanpierre. L. (2004) Des hommes entre plusieurs mondes. Étude sur une situation d’exil. Intellectuels français réfugiés aux États-Unis pendant la Deuxième Guerre mondiale, thèse de sociologie, EHESS.

Jeanpierre L. (2010) Les structures d’une pensée d’exilé. La formation du structuralisme de Claude Lévi-Strauss , French Politics, Culture and Society, vol. 28/1, Spring, p. 58-76.

Labeau E. & Myles F. (2009) The advanced learner Variety, the case of French, Peter Lang

Laborier P. & Wauquier S. (2019). Les libertés académiques, une affaire d’État ? L’exemple de la création d’un programme dédié en France (2017) in M. Duclos & Anders F. (éd.), Liberté de la recherche. Conflits, pratiques, horizons, Kimé, Paris

Labov, W. (1978/1993). Le parler ordinaire. PUF.

Singleton D., Regan V & Debaene E (2013) Linguistic and cultural Acquisition in a Migrant Community, SLA

Equipe(s): 
Porté par SFL

Sarramanka

Description: 

Sarramanka est une plateforme d'annotation et d'exploration de corpus en ligne. Elle est développée par Sarra El Ayari et s'inscrit dans le GIS RéAL2 sur l'acquisition des langues secondes.

Elle permet :

  • un outillage ”léger” pour les SHS : pas d’installation, pas de théorie linguistique qui sous-tend l’utilisation ni de format particulier à respecter
  • l'exploration de l’ensemble du corpus facilement
  • l'import d'un schéma de codage pour annoter un corpus
  • la modification du corpus (transcriptions notamment)
  • l'annotation de phénomènes à la volée
  • la visualisation des phénomènes qui nous intéressent, pour voir leur répartition dans le corpus, influence, dégager des liens, nourrir des intuitions, etc.
  • la création de sous-corpus regroupant des phénomènes particuliers
  • un export dans des formats interopérables qui permettent d’analyser le corpus avec des outils plus spécialisés par la suite

Présentations :

> Supports de présentation lors du séminaire d'équipe Acquisition et Psycholinguistique (8 mars 2021)

Dates: 
2021 à 2022
Responsable(s): 
Sarra El Ayari
Publications liées: 
  • Sarra El Ayari & Marzena Watorek, Une exploration outillée pour un corpus de productions orales d'apprenants débutants en L2, Colloque "Crosslinguistic influence: Where are we today ?", Toulouse, France, 5-7 juin 2021.
Equipe(s): 
Porté par SFL

Cotasigne

Description: 

Dans la lignée du projet SignMET, Cotasigne vise à développer des outils d’évaluation des compétences langagières d’enfants signeurs de quatre à onze ans. Trois tâches ont été décrites pour permettre cette évaluation : une tâche de répétition de phrases, une tâche de compréhension de récit et une tâche de production de récit. Cotasigne se concentre sur l’évaluation des productions de récits. Le but est de réaliser une plateforme informatisée pour la recherche et les professionnels au contact d’enfants signants. Ces derniers auraient ainsi la possibilité d’évaluer rapidement les forces et les faiblesses des enfants dans une production de récit. La passation de ce test consiste à montrer une vidéo présentant les consignes à l’enfant en LSF, puis un dessin animé sans paroles « L’oiseau et la souris » qui dure deux minutes quarante-six. Enfin, l’enfant doit produire le récit de ce dessin animé à un adulte signeur n’ayant pas vu le film. La cotation se fait en ligne, il est possible de charger la vidéo du récit de l’enfant pour que la cotation soit plus rapide et facilitée. La cotation comprend deux modules : la structure narrative du récit et sa grammaticalité.

Pour voir la vidéo de description du projet, c'est par ici.

Responsable(s): 
Marion Blondel et Stéphanie Caët [Partenariat SFL & STL (Savoirs Textes Langage -UMR8163 CNRS-Université de Lille)]
Membres: 
  • Marion Blondel
  • Stéphanie Caët
  • Sarra El Ayari
  • Collaboration avec Matthieu Ferrand (CRA Beethoven, et département d'orthophonie à Rouen) et l'INSHEA (Suresnes)
  • Participations des étudiantes stagiaires des universités de Rouen, Paris, Lyon, Tours
  • Contribution des vacataires Claire Danet et Nathalie Michit
  • Contribution du service audio-visuel de l'UPS Pouchet, c/o Thomas Guiffard-Colombeau
Publications liées: 

Marion Blondel & Stéphanie Caët
 (2018) « How to assess the content and grammaticality of narratives? Methodological issues and first results on French Sign Language » communication orale, Sign Language Acquisition and Assessment Conference- Haifa, Israel, November 19-21, 2018

Stéphanie Caët Axelle Carré, Lucile Imbert, Cécile Thery & Marion Blondel « A corpus-based approach to the creation of a narrative structure assessment tool », poster Sign Language Acquisition and Assessment Conference- Haifa, Israel, November 19-21, 2018

Caët, S. & Blondel, M. (2018) « Comment évaluer la structure des récits d'enfants signeurs ? Questions de méthode et premiers résultats pour la langue des signes française » Communication orale lors des IIIè Rencontres Interdisciplinaires franco-brésiliennes intitulées Surdité, Singularité et Universalité : Langue, Culture, Education et Accessibilité, Université Paris 8, du 29 octobre au 2 novembre 2018.

Equipe(s): 
Co-porté par SFL

Biumiz, le petit monde des langues

Description: 

Biumiz est une application ludo-éducative, autrement appelée jeu sérieux. C’est un jeu qui vise un but autre que le divertissement. Cela implique de relever un défi rarement atteint : être à la fois ludique et instructif. Notre application est centrée sur un jeu vidéo d’action et d’aventure qui permet d’apprendre des langues et des cultures étrangères. Ce jeu est scénarisé, inclut des dialogues et des missions ludiques, et est accompagné de plusieurs espaces hors scénario, dont un espace d’entrainement avec des mini-jeux ciblés, et un espace de révision avec des flash-cards animées. La preuve de concept en cours de développement enseigne l’anglais à des enfants francophones entre 4 et 8 ans. Elle est principalement fondée sur les recherches de Laurence Schmoll (Unistra), d’Élodie Oursel, et de Pascale Manoilov (Université de Nanterre).

 

Biumiz is an e-learning app, otherwise called a serious game. It is a game with a goal other than fun. It implies rising to a challenge hardly ever fully achieved: being at once fun and instructive. Our app is centered on an action and adventure video game that brings the player to learn foreign languages and cultures. This game follows a script, includes dialogues and fun missions. Several out-of-script spaces come around it : a training-game with targetted mini-games, and a cheat-sheets space with animated flash-cards. The proof of concept is currently being developed, it teaches English to 4 to 8 year-old French speaking children. It is mostly based on research by Laurence Schmoll (Strasbourg University), Élodie Oursel and Pascale Manoilov (Nanterre University).

Responsable(s): 
Élodie Oursel, Amandine Piguel, Fabrice D’Antimo
Membres: 
Publications liées: 
  • MANOILOV (2017) Analyse multimodale de la dynamique dialogale des interactions orales entre pairs en classe de LV2. Thèse de doctorat soutenue à l’université Paris 3 - Sorbonne nouvelle.
  • OURSEL (2013) Des interactions de service entre francophones natifs et non natifs. Analyse de la gestion de l’intercompréhension et perspectives didactiques. Thèse de doctorat soutenue à l’université Paris 3 - Sorbonne nouvelle. https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-00965674
  • SCHMOLL (2016) Concevoir un scénario de jeu vidéo sérieux pour l’enseignement-apprentissage des langues ou comment dominer un oxymore. Thèse de doctorat soutenue à l’université de Strasbourg. https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01511336
Equipe(s): 
Soutenu par SFL

Corpus de LAngue Parlée en Interaction

Description: 

La plateforme CLAPI-FLE valorise les résultats des travaux de recherche en analyse des interactions développés dans l'équipe LIS du laboratoire ICAR grâce à la sélection d’extraits de la plateforme CLAPI et à la conception de fiches descriptives multimédia pour l'enseignement de la linguistique française et du français langue étrangère. Ce projet transversal aux disciplines de l'interaction et de la didactique des langues permet d'enseigner la compétence d'interaction décrite dans le CECR.

La plateforme est développée par l’équipe LIS du laboratoire ICAR, avec la collaboration d’un réseau de didacticiens et d'enseignants.

 

To promote research in interaction developped by the ICAR-LIS team, the CLAPI-FLE platform is a website where research findings in interaction are made accessible to language teachers via multimedia descriptive sheets. This is meant to help teach French linguistics and French as a second language. This transdisciplinary project involves both Interaction studies and Language Didactics and will provide resources to teach interactional skills as described in the CECR.

The platform is developped by the ICAR-LIS team, and benefits from the collaboration of a teachers and language experts network.

Responsable(s): 
Carole Etienne, Emilie Jouin-Chardon
Membres: 
Equipe(s): 
Soutenu par SFL

Phonological Typology and Learnability

Description: 

Generative linguistics assumes that language learning is possible because the space of possible gram- mars (the typology) has non-trivial structure that can be exploited by a learner. What is this structure? Within the framework of constraint-based phonology, the typology is defined through a substantive theory of the phonological constraints plus a formal theory of their mode of interaction. Learnability guarantees have so far been derived from formal properties of the mode of constraint interaction, with- out substantive phonological assumptions about the constraints. Our project charts the limits of this ”substance-free” approach and lays the foundations of a new ”substance-full” alternative. The complex- ity of various subcomponents of the learning problem is probed through intractability results, showing that these tasks are too hard for a learner to succeed, if (s)he uses only the structure provided by the mode of constraint interaction. Additional structure is needed, provided by phonologically substantive and typologically supported restrictions on the constraints (whether innate or induced). We focus on three phenomena: variation, chain-shifts, and segmental phonotactics. Which constraint theories account for the typological restrictions observed in these three phenomena? How can the learnability implications of these substantial constraint theories be extracted? We aim at analytical guarantees, rather than just simulation results. The complementarity between the phonological expertise of the MIT team and the learnability expertise of the French team will allow our project to break new ground in the learnability of phonology, developing the generative axiom of a connection between learnability and typology to a new level of mathematical sophistication.

Dates: 
2016 à 2018
Responsable(s): 
Adam Albright (MIT) & Giorgio Magri
Equipe(s): 

The Mathematics of Language Universals

Description: 

The question of language universals is central to cognitive sciences but still controversial. The universalist view holds that all languages are deeply similar and that identifying their universal properties is the subject mat- ter proper of linguistics. The anti-universalist view holds that languages differ in arbitrary ways and whatever languages seem to share is due to accidents of their history. Language universals have so far been studied inductively, by surveying the world’s languages, cataloguing phenomena, and observing systematic gaps. However, deriving language universals in a systematic and principled manner remains a largely unsolved problem. The difficulty is compounded by the fact that many interesting universals are statistical, making their direct induction particularly challenging. Our project will thus lay the foundation of a new indirect approach to language universals, whereby (1) candidate universals are derived formally from (categorical and stochastic) linguistic models through a sophisticated mathematical analysis of their “geometry” and then (2) validated on large databases of the world’s languages. By combining expertise in mathematical linguistics (French team) with expertise in theoretical and large-scale typological linguistics (Stanford team), the project promises to break new ground on the central question of the place of language in human cognition.

Dates: 
2017 à 2018
Responsable(s): 
Arto Anttila (Standford University) & Giorgio Magri (SFL)
Membres: 
Equipe(s): 

MathSegPhon

Description: 

MathSehPhon: The mathematics of segmental phonotactics

The goal of this project is to understand the formal properties which shape segment inventories cross-linguistically and to investigate their learnability implications. The project tackles questions such as the following: what is the proper format of the feature co-occurrence constraints which shape segment inventories? Do these constraints satisfy formal restrictions? What are the learnability implications of these restrictions? What are the implications of the classical Richness of the Base assumption? What is the role of contrast in shaping consonant inventories? And how should contrast be properly formalized?

Dates: 
2017 à 2019
Responsable(s): 
Giorgio Magri
Equipe(s): 
Porté par SFL

Pages